L’histoire du logo de la présidence tchèque

Tout le monde avait le droit de présenter un projet, et tout le monde pouvait gagner. Le choix était vraiment large ! Pas moins de quatre cents projets ont en effet été présentés dans le cadre du concours ouvert pour la création du logo de la présidence tchèque. Même si l’histoire même du logo vainqueur a commencé dès juillet 2007, celui-ci n’a été présenté au public que près d’un an et demi plus tard.

Pendant de longs mois, seules quelques dizaines de personnes ont eu connaissance de l’apparence du logo. « Rendre le logo public plus tôt aurait été contraire aux règles du jeu de l’Union européenne. Cela aurait été injuste envers la France qui assure en ce moment la présidence de l’UE ainsi qu’envers les Slovènes qui l’ont assuré avant les Français », explique le vice-premier ministre chargé des Affaires européennes, Alexandr Vondra (*). Garder secret le logo est en effet une tradition de plus en plus forte en Europe depuis environ 2004.

Tous ceux qui ont pris connaissance du logo avant même sa présentation officielle ont dû signer un accord de confidentialité. Les entreprises pour leur part  encourraient en outre des sanctions financières extrêmement élevées en cas de fuite d’informations sur le logo. Ainsi, ni les employés des différents ministères ni même ceux du Bureau du Gouvernement ne connaissaient celui-ci. « La raison est que plus le nombre de personnes connaissant le logo aurait été élevé, moins nous en aurions eu le contrôle », a précisé la personne en charge de la coordination de l’identité visuelle, madame Hladíková. C’est pourquoi les ministères concernés n’ont eu à leur disposition qu’un logo vierge, et cela à partir de septembre 2008 seulement.

Le Bureau du Gouvernement a ouvert un concours pour la création du logo (selon la terminologie technique, de la « marque » et du « logotype ») en juillet 2007. Il s’agissait d’un concours public, c’est-à-dire ouvert à tous : graphistes professionnels, designers et étudiants en arts graphiques, tout comme au grand public.

Les projets remplissaient tout un gymnase

Environ quatre cents projets ont été réceptionnés pour le premier tour. Ils devaient répondre à différentes exigences : être originaux, créatifs, attirer l’attention et également être compréhensibles. « Les participants devaient proposer différentes variantes de marque et de logotype tout en expliquant ce que leur logo exprimait », a précisé madame Hladíková.

Les participants devaient par ailleurs également remplir les conditions du concours, par exemple respecter l’anonymat du projet. C’est précisément à cause du non-respect de certaines des conditions du concours que trente-neuf projets ont été exclus avant même le premier tour.

Malgré cela, un certain nombre de très gros paquets contenant les projets pour le futur logo se sont entassés au siège du gouvernement tchèque, l’Académie Straka (Straková akademie). Le 5 novembre 2007 s’est réunie pour la première fois la commission d’évaluation composée du vice-premier ministre chargé des Affaires européennes Alexandr Vondra, de Radim Ochvat, membre du cabinet du premier ministre, de Marcel Sauer du département des relations avec les Tchèques vivant à l’étranger, de la culture et de la promotion internationale du ministère des Affaires étrangères, du graphiste Aleš Najbrt du studio Najbrt, ainsi que du responsable de l’Atelier Design graphique et communication visuelle de l’Académie des arts, de l’architecture et du design (VŠUP) et président du TypoDesignClub Rostislav Vaněk, de l’assistant professionnel de l’Atelier Design graphique et de la communication visuelle de la VŠUP Alan Záruba, et du lecteur de la chaire de communication marketing et des relations publiques de la Faculté des sciences sociales de l’Université Charles, Ladislav Kopecký, de l’agence Createam.

Les projets étalés sur les tables remplissaient pratiquement tout le gymnase de l’Académie Straka. La commission a dû en choisir cinq sur les trois cent cinquante en compétition, ce qui lui a pris environ une demi-journée. Le concours était encore loin d’être fini. Une semaine plus tard, les spécialistes de la commission d’évaluation ont organisé une réunion d’information pour les auteurs des projets retenus. « Ils ont fait part à chacun d’entre eux des remarques formulées par les membres de la commission au sujet de leur projet de logo, ce qu’il convenait de modifier, de mettre en valeur et ainsi de suite », a précisé la personne en charge de la coordination de l’identité visuelle, madame Hladíková.

Une carte composée des abréviations des noms des États

C’est précisément cette procédure qu’a également suivi le projet gagnant proposé par le jeune graphiste de Litomyšl, Tomáš Pakosta. « Au début, Tomáš Pakosta avait beaucoup plus de projets. Mais c’est sa mosaïque composée des abréviations des noms des États européens et la carte de l’Union européenne créée de façon similaire qui ont le plus séduit la commission », a confié madame Hladíková.

Au second tour du concours, le 30 novembre 2007, la commission s’est prononcée unanimement en faveur du projet de Tomáš Pakosta. Le choix de la commission a été confirmé au début de l’année 2008 par la signature du premier ministre, Mirek Topolánek. Le logo de la présidence tchèque avait ainsi définitivement vu le jour.

Selon la commission d’évaluation, le logo vainqueur reflète fidèlement le slogan de la présidence tchèque « Une Europe sans barrières » tout comme celui de l’Union européenne « Unie dans la diversité ». « J’ai créé le logo un peu par hasard – par le jeu des circonstances. Il s’agit d’un jeu avec les couleurs, les sigles des différents États disposés sur la carte de l’Union et fondus dans une mosaïque où ils sont représentés à égalité », a expliqué le graphiste.

Une identité visuelle unique

Le travail de Tomáš Pakosta ne s’est pas arrêté là. Il avait en effet jusqu’à l’été 2008 pour élaborer un manuel définissant les principaux éléments de l’identité visuelle de la présidence tchèque. Ce manuel a servi entre autres à unifier le design des articles promotionnels, du site Internet de la présidence tchèque, des publications ainsi que des aménagements des extérieurs et intérieurs qui seront utilisés pendant la présidence.

Le logo figurera également sur des timbres-poste spéciaux émis à l’occasion de la présidence tchèque. La Poste tchèque a en outre préparé pour les philatélistes des enveloppes « premier jour » avec un feuillet de timbres. Elles seront disponibles en édition limitée directement dans les bureaux de la Poste tchèque.

L’identité visuelle unique est née en collaboration avec d’autres spécialistes, en particulier Rostislav Vaněk, Aleš Najbrt, Herbert Slavík, le studio de design Virtual World ou encore la Česká televize (le groupe de télévision publique). « Nous les avons consultés sur divers problèmes, comme par exemple pour déterminer l’emplacement du logo sur les panneaux de décoration pour qu’il soit bien visible lors des prises vidéo, ou encore pour savoir quelles couleurs de fond utiliser et ainsi de suite », a indiqué madame Hladíková, en précisant que la collaboration avec les spécialistes a été très fructueuse. L’identité visuelle de la présidence tchèque a ainsi pris une forme professionnelle sous tous ses aspects.

Le logo de la présidence tchèque et le manuel graphique qui a suivi ont coûté environ trois cent mille couronnes. Monsieur Pakosta s’est vu verser la somme de cinquante mille couronnes en rémunération de son projet, et le manuel lui-même a coûté deux cent cinquante mille couronnes.


(*) La Chambre des députés du Parlement de la République tchèque a voté une motion de censure contre le gouvernement de Mirek Topolánek le 24 mars 2009. Le nouveau premier ministre de la République tchèque, Jan Fischer, a été nommé le 9 avril 2009.

Dernière mise à jour : 16.8.2011 16:01

Retour en haut de page

Liens directs

  

Quiz

E-cartes

Chat

Calendrier

Précédent juin 2009 Suivant
Po Út St Čt So Ne
1.6. - Liste des manifestations 2.6. - Liste des manifestations 3.6. - Liste des manifestations 4.6. - Liste des manifestations 5.6. - Liste des manifestations 6.6. - Liste des manifestations 7.6. - Liste des manifestations
8.6. - Liste des manifestations 9.6. - Liste des manifestations 10.6. - Liste des manifestations 11.6. - Liste des manifestations 12.6. - Liste des manifestations 13.6. - Liste des manifestations 14.6. - Aucune action
15.6. - Liste des manifestations 16.6. - Liste des manifestations 17.6. - Liste des manifestations 18.6. - Liste des manifestations 19.6. - Liste des manifestations 20.6. - Aucune action 21.6. - Aucune action
22.6. - Liste des manifestations 23.6. - Liste des manifestations 24.6. - Liste des manifestations 25.6. - Liste des manifestations 26.6. - Liste des manifestations 27.6. - Liste des manifestations 28.6. - Liste des manifestations
29.6. - Liste des manifestations 30.6. - Liste des manifestations

Navigation rapide