Histoire du cinéma tchèque

Le cinéma tchèque (et auparavant tchécoslovaque) s’appuie sur une solide tradition et dispose d’une bonne réputation à l’échelle européenne et mondiale. Son histoire remonte aux origines mêmes de la cinématographie – les premiers « films » tchèques ont en effet été produits dès la fin du 19e siècle et c’est en 1907 que le premier cinéma permanent a été ouvert à Prague, par Viktor Ponrepo. Cette salle de cinéma, située dans le bâtiment des Archives nationales cinématographiques tchèques qui se classent parmi les plus grandes archives mondiales du cinéma, porte d’ailleurs encore le nom de son fondateur. La vocation des Archives nationales cinématographiques tchèques est essentiellement de rassembler, protéger, traiter scientifiquement, exploiter et rendre accessibles en particulier ces archives audiovisuelles ainsi que les archives écrites correspondantes qui constituent une partie de l’héritage culturel national et témoignent en outre de la naissance et de l’évolution des œuvres cinématographiques.

Films oscarisés

L’ère la plus glorieuse du cinéma tchèque (précédemment tchécoslovaque) est celle de la nouvelle vague du cinéma, née dans les années 1960. Les films tournés à cette époque font en effet partie des œuvres les plus marquantes de la cinématographie mondiale. Nombre d’entre eux ont été récompensés lors des festivals internationaux les plus prestigieux, et les films « Le miroir aux alouettes » de Ján Kadár et Elmar Klos en 1965 et « Trains étroitement surveillés » de Jiří Menzel en 1967 ont même remporté un prix international, l’Oscar du meilleur film étranger de l’Académie américaine des arts et des sciences du cinéma. Parmi les principaux représentants de la nouvelle vague tchécoslovaque doivent être cités Miloš Forman, Ivan Passer, Věra Chytilová, Jaroslav Papoušek, Jiří Menzel, Jan Němec, Jaromil Jireš, Evald Schorm et Vojtěch Jasný.

Après l’invasion du territoire tchécoslovaque par les armées d’occupation soviétiques en août 1968, certains films tournés encore dans l’atmosphère de dégel politique n’ont finalement pas pu être projetés dans les cinémas. La production cinématographique, de même que la culture en général, ont en effet été soumises à un contrôle idéologique et à une sévère censure. Un grand nombre d’auteurs ont été contraints de « se taire » et certains ont décidé d’émigrer. Des films étaient malgré tout officiellement produits, même pendant cette période de durcissement du régime, en l’occurrence principalement des comédies trouvant d’ailleurs un écho très favorable auprès des spectateurs tchécoslovaques habitués à lire entre les lignes.

Avant novembre 1989, l’industrie du cinéma avait le désavantage, par rapport aux autres milieux artistiques, d’être limitée par le monopole d’État que ce soit dans le domaine de la production ou dans celui de la distribution des films. Des copies des œuvres littéraires circulaient sous le manteau, mais il était impossible de voir les films interdits, dits « du trésor », dans quelque endroit que ce soit.

Vingt films par année

Après 1989, le monopole d’État sur la production, la vente et la distribution des films a été abrogé et en 1992 le Fonds national de la République tchèque pour la promotion et le développement de la cinématographie tchèque a été créé par la loi. Ce fonds est financé par un supplément d’une couronne appliqué sur le prix de chaque billet de cinéma et par les profits issus de la commercialisation des films tchèques tournés entre 1965 et 1990, et il constitue un soutien financier accordé par l’État à la cinématographie nationale. Chaque année, une vingtaine de nouveaux films sont produits en République tchèque.

Les réalisateurs tchèques font preuve d’un grand potentiel créatif, que ce soit dans le domaine des films de fiction, des films documentaires ou des films d’animation, comme en témoignent le succès des films tchèques sur la scène internationale (en 1996, le film Kolya du réalisateur Jan Svěrák a remporté l’Oscar du meilleur film étranger) ainsi que l’obtention du soutien financier de la part de l’Union européenne (UE) grâce au programme MEDIA 2007 et au fonds international de l’UE Eurimages.

Le film d’animation

Le film d’animation a également connu sa période de gloire et les productions contemporaines ne sont pas en reste. Dans ce domaine, Jiří Trnka, Karel Zeman, Hermína Týrlová, Břetislav Pojar, Jiří Brdečka et Eduard Hofman font partie des réalisateurs les plus remarquables. Parmi leurs successeurs doivent être nommés au moins Lubomír Beneš, Jan Švankmajer et Jiří Barta. Les réalisateurs actuels ont gagné le respect et la reconnaissance y compris sur la scène internationale.

Une autre caractéristique traditionnelle bien établie en République tchèque est le niveau élevé de l’enseignement secondaire et supérieur de l’art cinématographique, les écoles tchèques développant par ailleurs des relations avec les écoles d’autres pays dans le cadre d’une coopération internationale.

Le cinéma jouit d’un intérêt constant et même croissant de la part du public. L’Association des clubs tchèques de cinéma regroupe ainsi environ 125 clubs dont l’activité se concentre sur l’achat et la distribution de films de qualité ainsi que le travail avec les jeunes, et le nombre d’entrées réalisé par les films tchèques sur leur propre marché est depuis toujours considérable. En ce qui concerne la part du cinéma national sur le marché, elle est en République tchèque la deuxième plus élevée d’Europe.

La République tchèque, destinations attractives pour les cinéastes étrangers

La République tchèque peut se targuer de disposer d’une large palette de manifestations cinématographiques, de festivals de films de fiction, documentaires et d’animation, et de festivals axés sur des thèmes spécifiques. Parmi les plus importants figurent le Festival international du film de Karlovy Vary, le Festival international du film pour les enfants et la jeunesse de Zlín, le Festival international du film documentaire sur les Droits de l’Homme Jeden svět (« Un monde »), le Festival international du film documentaire de Jihlava, le festival du film « L’école d’été » de Uherské Hradiště et le Festival international du film d’animation AniFest de Třeboň.

La République tchèque offre en effet des paysages attrayants qui se prêtent bien au tournage de films. En outre, la compétence, la créativité et la flexibilité des professionnels du cinéma spécialisé sont très appréciables. Grâce au professionnalisme réputé du personnel local de l’industrie du cinéma et aux prix avantageux, la République tchèque est ainsi devenue une destination appréciée de beaucoup de producteurs du monde entier. Parmi les productions étrangères réalisées en République tchèque peuvent être mentionnées la série « Les Misérables » et les films « Mission Impossible », « Blade II », « Les Frères Grimm », « Mission évasion », « xXx », « Oliver Twist », « Hellboy », « Van Helsing » ou encore « Le Monde de Narnia ».

Films tchèques ayant remporté l’Oscar américain du meilleur film étranger

1965 – Le miroir aux alouettes (Ján Kadár et Elmar Klos)
1967 – Trains étroitement surveillés (Jiří Menzel)
1996 – Kolya (Jan Svěrák)

Dernière mise à jour : 16.8.2011 16:01

Retour en haut de page

Liens directs

  

Quiz

E-cartes

Chat

Calendrier

Précédent juin 2009 Suivant
Po Út St Čt So Ne
1.6. - Liste des manifestations 2.6. - Liste des manifestations 3.6. - Liste des manifestations 4.6. - Liste des manifestations 5.6. - Liste des manifestations 6.6. - Liste des manifestations 7.6. - Liste des manifestations
8.6. - Liste des manifestations 9.6. - Liste des manifestations 10.6. - Liste des manifestations 11.6. - Liste des manifestations 12.6. - Liste des manifestations 13.6. - Liste des manifestations 14.6. - Aucune action
15.6. - Liste des manifestations 16.6. - Liste des manifestations 17.6. - Liste des manifestations 18.6. - Liste des manifestations 19.6. - Liste des manifestations 20.6. - Aucune action 21.6. - Aucune action
22.6. - Liste des manifestations 23.6. - Liste des manifestations 24.6. - Liste des manifestations 25.6. - Liste des manifestations 26.6. - Liste des manifestations 27.6. - Liste des manifestations 28.6. - Liste des manifestations
29.6. - Liste des manifestations 30.6. - Liste des manifestations

Navigation rapide