Recherche

Un « Espace européen de la recherche sans barrières » est l’une des grandes priorités de la présidence tchèque du Conseil de l’Union européenne en matière de recherche et de développement. Cette priorité tchèque, la plus importante, s’inscrit dans la continuité de « l’agenda hérité » des présidences précédentes, mais apporte en même temps une nouvelle dimension.

Elle reflète par ailleurs la devise de la présidence tchèque, « Une Europe sans barrières » ainsi que le domaine prioritaire le plus important de la République tchèque, « Une Europe compétitive et ouverte ». Dans le contexte de la politique de l’Union européenne (UE) en matière de recherche et de développement, ces priorités s’inscrivent directement dans la stratégie de Lisbonne.

Dans la nouvelle situation générée par la crise financière qui se propage en Europe, le dossier de la recherche prend encore plus d’importance : la compétitivité européenne dépend en effet en grande partie de la recherche, du développement et de leurs liens avec l’innovation, et donc également du niveau d’investissement dans ces domaines.

Enfin, toutes les priorités de la présidence tchèque se caractérisent par la volonté de lever les barrières, que ce soit à l’intérieur de l’Espace européen de la recherche, entre les nouveaux et les anciens États-membres, ou entre les éléments du triangle de la connaissance.

Un Espace européen de la recherche sans barrières 

Dans le cadre de la recherche, l’UE met surtout l’accent sur la promotion des infrastructures de recherche d’envergure internationale, la mobilité des chercheurs compétents, d’excellents institutions de recherche dans les secteurs tels que les nanotechnologies; un véritable partage des connaissances; des programmes et priorités bien coordonnés (mise en œuvre et évaluation des investissements réalisés dans la recherche publique au niveau européen) et une large ouverture de l’Espace européen de la recherche sur le monde.

S’appuyant sur la Communication élaborée par la Commission européenne au cours de l’année 2008, la République tchèque veut inscrire son action dans la continuité des travaux menés dans l’optique du développement de carrières des chercheurs, et souhaite également se pencher sur la question des infrastructures de recherche, la méthode d’évaluation des impacts de la recherche et du développement en Europe et la question des femmes dans la recherche. La République tchèque travaillera par ailleurs sur l’étape suivante du processus de Ljubljana, à savoir la mise en œuvre de la « Vision 2020 », formulée au cours de la présidence française.

Les grandes infrastructures de recherche

Les infrastructures de recherche (les « IR ») pourraient et devraient constituer la colonne vertébrale de la recherche et du développement en Europe.

En décembre 2008, l’ESFRI (le Forum stratégique européen pour les infrastructures de recherche) a présenté une feuille de route actualisée, soulevant la question du financement et de l’implantation des projets IR. La République tchèque se concentrera prioritairement sur le débat relatif à la mise en œuvre de la feuille de route ESFRI et sur le développement harmonieux de l’Europe au niveau de la répartition régionale des infrastructures de recherche et de développement. Le rapport du groupe de travail ESFRI pour les questions régionales, ainsi que la mise à jour de la feuille de route ESFRI, permettront de promouvoir ce domaine prioritaire. En coopération avec la Commission européenne et à la suite des conférences slovène et française relatives aux IR, le ministère tchèque de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports organisera une conférence dont le thème est l’influence des infrastructures de recherche sur le développement des régions.

La mobilité des jeunes scientifiques

Afin de développer l’Espace européen de la recherche, il est surtout nécessaire d’assurer un nombre suffisant de chercheurs compétents, promouvoir l’évolution de leurs carrières et faciliter toutes les formes de mobilité. La Commission européenne fait actuellement des efforts importants pour obtenir des progrès dans ce domaine : elle a publié, entre autres, toute une série de documents et de recommandations qu’elle a adressés aux États-membres. À titre d’exemple citons la directive relative à la problématique de l’admission des chercheurs des pays tiers, la Charte européenne du chercheur, le Code de conduite pour le recrutement des chercheurs, etc.

En mai 2008, la Commission européenne a publié une communication intitulée « Favoriser les carrières et la mobilité : un partenariat européen pour les chercheurs ». Le document met l’accent sur un « partenariat », quelles qu’en soient les formes : entre les États-membres et la Commission, les universités, les instituts de recherche ou l’industrie. Le document porte sur une série de sujets identifiés comme constituant un frein à l’augmentation du nombre de chercheurs en Europe, au développement de leurs carrières et de leur mobilité. Les conclusions sur cette communication ont été approuvées en septembre au Conseil Compétitivité et la présidence française a officiellement lancé une nouvelle stratégie concernant les ressources humaines dans la recherche et le développement. Sur la base des conclusions susmentionnées du Conseil, les États-membres devraient fin 2008 – début 2009 commencer à élaborer ou perfectionner leurs propres plans d’action et soumettre un rapport de progrès à la Commission européenne fin 2009. Cette question figurera également parmi les sujets traités lors de la conférence intitulée « Les travailleurs de la recherche dans une Europe sans barrières », organisée au cours de la présidence tchèque.

Les impacts des programmes européens sur la compétitivité nationale

Lors d’une conférence organisée dans le cadre de la présidence tchèque, la Commission européenne présentera un rapport sur l’évaluation du sixième programme-cadre. Cette conférence, organisée pendant la présidence tchèque en coopération avec la Commission européenne, contribuera aux débats sur ce rapport et s’intéressera au rôle de l’évaluation dans le processus de création de politiques fondées sur des données concrètes, ainsi que sur les modes possibles d’évaluation. Pour que les investissements dans la recherche et le développement soient efficaces, il est nécessaire de mettre en place des politiques de recherche et développement fondées sur des résultats concrets.

Le processus de Ljubljana

Lors de la réunion informelle des ministres chargés de la Compétitivité qui s’est tenue à Brdo les 14 et 15 avril 2008, la Slovénie a lancé le « processus de Ljubljana ». Ce processus, mené au niveau ministériel, devrait s’inscrire dans la continuité du débat public sur l’Espace européenne de la recherche (EER). Les ministres du trio actuel, à savoir de la France, la République tchèque et de la Suède, se sont engagés à poursuivre ce processus. Dans une première étape, la France, en coopération avec le trio puis avec tous les États-membres, a élaboré le document nommé « Vision 2020 » de l’Espace européenne de recherche. La présidence tchèque aura la tâche de continuer ce processus et préparer le document portant sur la «  mise en œuvre de la Vision 2020 », en suivant une démarche identique à celle de la France. Ce document portera notamment sur la levée des barrières dans le triangle de la connaissance au niveau des politiques, et les consultations avec toutes les parties prenantes lors de l’élaboration des politiques.

Manifestations de la présidence tchèque dans le domaine de la science et la recherche

La présidence tchèque organisera onze conférences portant sur la science et la recherche et faisant partie du calendrier officiel du ministère tchèque de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports. Certaines d’entre elles, comme l’Euronanoforum sur l’état et l’évolution prévue des nanotechnologies ou la conférence sur les futures technologies émergentes, se dérouleront en coopération avec l’Académie des sciences de la République tchèque et son Centre technologique. Ces conférences seront accompagnées de toute une série de manifestations parallèles thématiques, dont certaines avec la participation des régions et de la Commission européenne. L’une des réunions les plus importantes est la rencontre de haut niveau INCOM sur l’innovation et la politique de croissance, organisée par le Bureau du Gouvernement de la République tchèque. Enfin la manifestation scientifique ayant la plus grande ampleur est la conférence Research Connection 2009, qui devrait permettre une meilleure intégration des nouveaux États-membres dans le programme-cadre FP7.

Dernière mise à jour : 16.8.2011 16:02

Retour en haut de page

Liens directs

  

Quiz

E-cartes

Chat

Calendrier

Précédent juin 2009 Suivant
Po Út St Čt So Ne
1.6. - Liste des manifestations 2.6. - Liste des manifestations 3.6. - Liste des manifestations 4.6. - Liste des manifestations 5.6. - Liste des manifestations 6.6. - Liste des manifestations 7.6. - Liste des manifestations
8.6. - Liste des manifestations 9.6. - Liste des manifestations 10.6. - Liste des manifestations 11.6. - Liste des manifestations 12.6. - Liste des manifestations 13.6. - Liste des manifestations 14.6. - Aucune action
15.6. - Liste des manifestations 16.6. - Liste des manifestations 17.6. - Liste des manifestations 18.6. - Liste des manifestations 19.6. - Liste des manifestations 20.6. - Aucune action 21.6. - Aucune action
22.6. - Liste des manifestations 23.6. - Liste des manifestations 24.6. - Liste des manifestations 25.6. - Liste des manifestations 26.6. - Liste des manifestations 27.6. - Liste des manifestations 28.6. - Liste des manifestations
29.6. - Liste des manifestations 30.6. - Liste des manifestations

Navigation rapide